vendredi 6 février 2015

Joints de déflecteur : du nouveau

Le Comptoir de la Carrosserie prépare une fabrication de joints de déflecteurs pour les Isetta VELAM. 
Un collectionneur alsacien m'avait donné l'information. Elle m'a été confirmée hier à Rétromobile par Daniel, un des acteurs de la vénérable entreprise toulousaine.
 


Isetta VELAM - side window vent
Le comptoir de la carrosserie (Toulouse) prépare
une fabrication de joints de déflecteurs.
Le prix ? Comptez minimum 260 €uros pour la paire. Elle sera fabriquée en Europe, en caoutchouc, avec des moules réalisés à partir des joints originaux.
Et comme d'habitude, plus il y aura de commandes, moins le prix sera élevé.

Contact : Daniel au 05.61.42.68.73 (jusqu'au 8 février 2015 sur le stand C023 à Rétromobile)
Site web : http://www.comptoir-carrosserie.fr/

mercredi 4 février 2015

Et vous, le savez-vous ?

Que peuvent-bien se raconter deux VELAM qui se rencontrent ?


Je me le demande à chaque fois que je rentre dans le garage.
Et je détaillerai dans un prochain billet les astuces de restauration que j'ai constaté sur l'Isetta en arrière-plan.

vendredi 21 novembre 2014

Fiat Lux ! Enfin j'espère.

"Mais pourquoi cette [censuré] démarre aléatoirement et s'arrête contre ma volonté maintenant que j'ai nettoyé / contrôlé / branché le circuit électrique complet ?"
Pour le savoir, il fallait ouvrir le boitier sous le volant. (Encore une spécificité de la VELAM dont les impatients se passeraient bien).

 


Et alors ? Le diagnostic ?
Un fil partiellement coupé et des contacts ne faisant pas leur office, vraisemblablement à  cause de ressorts fainéants. Et je n'écarte pas des bidouilles d'époque : ces billes me paraissent bien trop volages pour être dignes de confiance.

Bref, hier après dîner, à l'établi, le multimètre validait les réparations effectuées (billes remplacées par des cosses de 5mm de diamètre par exemple).
Reste à déverminer tout ça, Isetta en mouvement i.e. boîtier soumis aux vibrations ... 

M.à.J du 04/02/2015 : FIAT LUX ! Après quelques travaux complémentaires (soudures, etc.)

mercredi 29 octobre 2014

Embiellage, une photo et un peu de son origine

Au démontage du moteur d'Isetta VELAM dont j'assure le contrôle et la rénovation pour un collectionneur, j'ai pris une photo de l'embiellage car on n'en voit pas tous les jours.

Un embiellage en V, comme VELAM ?
"Le fait que les pistons montent et descendent presque simultanément à permis de les racccorder à une seule bielle double attelée au vilebrequin par un maneton unique. (...) Il se produit un mouvement relatif des deux pistons qui est réalisé par l'emplacement judicieux de l'articulation de la bielle sous-maîtresse sur la bielle maîtresse."
RTA n° 119, mars 1956 - page 169

La lecture de l'article d'E.M. Drucker, page 156 à 162, dans la même RTA, complète la citation technique ci-dessus. On y apprend que le procédé du bicylindre à chambre de combustion commune a été utilisé par Gilera, Puch, TWN (Triumph Nuremberg), DKW, Impéria.

Moralité : restaurer une microcar en général, et une VELAM en particulier, nécessite de s'intéresser aussi à la moto ancienne et à ses acteurs. Cela permet de trouver des pièces qui n'existent pas, et pour cause, dans l'univers automobile.

mardi 14 octobre 2014

Des pièces ISO sur VELAM, un "mystère" à élucider

Un collectionneur m'a confié un moteur de VELAM pour diagnostic et éventuelles réparations.
En le démontant je tombe sur un bloc boite / embrayage estampillé ISO.



Bloc boite / embrayage d'une VELAM.
En haut à gauche, le logo ISO.

J'ai déjà vu ce logo sur d'autres mécaniques VELAM. J'ai même trouvé un pont complet d'Isetta ISO dans le stock de pièces de VELAM racheté il y a plus d'un an. (Il diffère de celui de la VELAM de par sa forme et de par son tendeur de chaîne par excentrique. Solution adoptée par BMW pour son Isetta. Voir là où il y a de la chaîne ). 

Vue la boue au fond du carter, soit la vidange a été faite par aspiration, soit elle n'a jamais été faite.
Bien visible à droite, la jauge à huile. A priori, une spécificité des moteurs "de première série".

Nous savons que VELAM a obtenu la licence ISO. Pour autant, un mystère reste à percer. Pourquoi trouve-t-on le logo ISO sur la production de l'entreprise française ?

Plusieurs hypothèses :
- moules ISO ?
- rachat du stock de l'entreprise italienne par  la française ?
- ISO équipementier de VELAM ?

Lecteurs, vous avez la réponse ? Merci de la publier en commentant ce billet !
Nous nous coucherons plus cultivés.