dimanche 11 mars 2018

Un groupe Facebook ?

Je reçois de plus en plus de demandes de conseils / questions / demandes de pièces / etc. Ca fait plaisir. Et c'est aussi frustrant.
Frustrant parce que je ne sais pas tout sur la VELAM. 
Frustrant aussi parce que je n'ai pas forcément le temps de répondre à toutes les demandes.
J'ai donc réfléchi à un moyen de vous mettre en contact les uns avec les autres. A priori, si vous lisez ces lignes c'est que vous avez un ordinateur. Peut-être même que vous avez un profil Facebook. Si c'est le cas, je crois que la création d'un groupe "Isetta VELAM" serait un bon outil d'entraide. Et pour respecter la volonté de discrétion des uns ou des autres, il est possible d'en limiter la visibilité.
Si l'un d'entre vous est décidé à le créer et à l'administrer, qu'il me le fasse savoir, j'en assurerai la promotion ici.

lundi 26 février 2018

La VELAM chez ALTAYA

Les éditions ALTAYA ont lancé en janvier 2018 une nouvelle collection : micro-voitures d'antan. Les habituels recueils sont accompagnés d'inhabituelles miniatures au 1/43ème.
L'Isetta VELAM a fait l'objet du premier numéro.


Content que l'éditeur s'intéresse aux micro-voitures. 

Pas content que la diffusion de cette chouette idée soit apparemment limitée à deux régions seulement. Forcément d'aucuns spéculent : le n°1 sous vos yeux coûte désormais 20 euros sur un site de vente aux enchères bien connu. 

lundi 19 février 2018

Réfection du démarreur : une adresse

Un VELAMiste me signale avoir trouvé une solution pour son démarreur auprès des établissements Auriol situés à Lunel.

Leur numéro de téléphone ? 04 67 71 36 66

Si vous avez d'autres bonnes infos, transmettez-les moi, je partagerai.

MISE À JOUR DU 11 MARS 2018 
Mail reçu de christian :
Anneaux de suspension mono-bloc cotes d'origines avec notice de montage. Montage d'un démarreur moderne renseignements pour exécution. tél 0622720537

samedi 3 février 2018

1er rassemblement Autotikki St Jean de Luz

Le Club Autottiki organise les 26 et 27 Mai prochains un rassemblement international de voiturettes à Saint Jean de Luz (64).

Le parcours totalisera 70 km sur les deux jours. François, l'un des membres du club, explique comment il a été concocté : "j'ai fait les reconnaissances du Samedi en BMA Amica (moteur 125 à variateur), je me suis un peu trainé mais pas de problèmes. Il y aura quelques montées sans difficultés sur cette balade de moins de 30 kms. 
Les reconnaissances du Dimanche ont été faites avec Alain et son KR (en duo), Régis avec sa Velam et moi avec la Goggo 250. La montée du col de St Ignace par la D4 sera l'événement dans l'évènement : 3 kilomètres de montée avec une pente moyenne à 5,6%."

Oui, mais et si on tombe en panne ? Pas de panique ! Un camion-plateau, en liaison radio avec le staff de l'organisation, suivra le cortège tout le week-end.

Toutes les informations sur ce week-end sont à retrouver sur le réjouissant site du club, rubrique évènements

J'en profite pour vous recommander de visiter la page Facebook du club Autottiki. 
Une rarissime VELAM écrin figure parmi les photos partagées. Elle devrait faire partie des microcars visibles à l'occasion de ce rassemblement sur la côte basque. La pré-liste compte d'autres merveilles : ISO Isetta, Messerschmitt KR 200 et 201, PTV, Biscuter, Vespa 400, Berkeley T60, Bond, De Rovin, Heinkel, Teilhol, Autobianchi Eden Roc, Velorex 16/350.

Contacts pour ce rassemblement : 
Tél : 06 08 57 98 10 / Courriel : club.autottiki@orange.fr

dimanche 19 novembre 2017

Souvenirs d'un salarié de l'usine VELAM

Entré à 17 ans chez VELAM, Albert PEZZONI m'a contacté à l'automne pour me proposer des écrous de roues. J'ai dit oui. Et je lui ai posé des questions sur VELAM auxquelles il a bien voulu répondre. Voici son témoignage.


Comment êtes-vous rentré chez VELAM ? 

Mon choix d'entrer chez VELAM a été tout à fait fortuit, simplement parce qu'ils étaient installés à Suresnes où j’habite et cherchaient à recruter, d'autre part, ayant des parents italiens, Isetta cela me parlait.

A quel âge avez-vous commencé à travailler pour cette entreprise ? Votre emploi avait un lien avec votre formation ?

Je suis entré chez VELAM le mercredi 26 octobre 1955 à l’age de 17 ans, c’était mon premier emploi après avoir arrêté le lycée sans aucune formation professionnelle. J’étais employé de planning et en particulier j'enregistrais les composants que livraient les fournisseurs pour que la chaîne ne manque de rien.

On trouve parfois des pièces avec le logo ISO. L’inventeur italien de l’Isetta faisait-il partie des fournisseurs ?

Je pense que Vélam a été créé courant 1954 et les premières voitures sont sorties de chaîne en juillet 1955 (3 mois avant mon arrivée) et non en octobre comme dit Wikipédia. Je me souviens que les 200 ou 300 premières voitures avaient été montées, avant mon arrivée, avec des moteurs ISO venant de Milan, le démarrage des moteurs français ayant pris du retard. Je ne pense pas qu’ISO ait  fourni  ensuite quoi que ce soit d’autre. Il y avait deux fournisseurs de phares qui arrivaient terminés, blancs, de chez Marchal et Cibié. Les déflecteurs triangulaires venaient de chez Pénin Farnier, le boîtier de direction de chez Gemmer. La lunette arrière venait de chez Applex, chacune était tracée sur une voiture précise, retournait  chez Applex pour détourage selon le tracé et revenait pour être montée sur sa voiture.

Il y a sur le site de l’INA (Institut National Audiovisuel) une courte vidéo muette montrant l’usine ? Ravive-t-elle des souvenirs en vous ? Reconnaissez-vous des personnes avec lesquelles vous avez travaillé ?


Le court-métrage de l’INA a ravivé mes souvenirs, mais je n’ai reconnu personne, bien qu’à l’époque mon emploi me faisait connaître tout le monde, mais c’était il y a 60 ans !
Dans ce film, on voit sur les murs extérieurs de l’usine les initiales AD pour Alexandre Darracq créateur de l’usine reprise ensuite par Talbot. Je me souviens avoir vu fabriquer les dernières Talbot en 1955 / 1956 dans une usine voisine appartenant aussi à Talbot. Tous ces bâtiments ont été détruits à la fin des des années 1960. 
Dans cette usine, un Suisse nommé Louis Chevrolet a été ouvrier puis coureur automobile sur Darracq, en particulier aux Etats-Unis où il s’installera ensuite et créera  l’entreprise qui porte son nom.

"La production quotidienne tournait autour de 30 voitures avec une pointe peu suivie de 50." 

Je ne connaissais pas d’autres usines automobiles à l’époque mais Vélam fabriquait tous les éléments, emboutissage, assemblage, peinture, mécanique, moteur, sellerie des sièges etc. Et je me souviens des incendies spectaculaires lorsque en usinant les carter en magnésium les copeaux prenaient feu dans un éclair aveuglant .
   
On voit 6 Isetta sortir de l’usine à la queue leu leu, c’est juste pour le film, en réalité, les voitures sortaient par le porche de l’autre bâtiment de l’autre côté de la rue à gauche. Les voitures gravissaient une pente en bois placée le long du camion. Du fait de leur faible longueur,  elles étaient disposées perpendiculairement à la marche du camion. La rampe en bois restait en place et le camion avançait de la largeur d’une Isetta à chaque fois. Elles étaient  terminées,  prêtes à prendre la route et elles montaient d’elles mêmes cette rampe en bois, même si quelquefois, un moteur ne voulant pas démarrer, le chauffeur la faisait monter à la seule force du démarreur avec une vitesse enclenchée ce qui me paraissait barbare.

Quand avez-vous quitté VELAM ?

La CD Panhard et l'Isetta VELAM partagent le même bouton de porte.
(Source photo: http://www.vroom.be/fr/essai/essai-panhard-cd-1963)
J’ai été  appelé sous les drapeaux en mai 1958. Après vingt-huit mois de service (guerre d’ Algérie), je suis revenu chez Vélam en octobre 1960 et j’y suis resté jusqu’à sa liquidation finale en mars 1968. L’employeur à cette époque était tenu de reprendre le personnel de retour du service militaire, et  j’ai retrouvé le même poste avec l’adaptation aux nouvelles activités et j’ai terminé ma carrière chez Vélam comme responsable du Planning.
Les dernières Isetta ont dû sortir début 1958, ensuite Vélam a passé un accord avec Citroën pour assembler des  2 CV en complément de l’usine de Levallois saturée qui n’arrivait pas à satisfaire la demande.
Vélam a aussi assemblé environ 200 CD (Charles Deutsch) Panhard. Vélam avait aussi été pressenti par Renault pour assembler la Floride qui a finalement été assemblée chez Chausson à Creil.

Vélam, dans ces période post-Isetta a aussi remis en état une certaine quantité de Panhard PL 17 neuves qui avaient été stockées je suppose dans de mauvaises conditions.
Ensuite Vélam a fabriqué jusqu’au début 1968 des bâtiments préfabriqués métalliques à usage scolaire (type Pailleron) après une association avec une entreprise qui avait conçu et obtenu les marchés de ces écoles.
Pour ma part, j’ai continué jusqu’à mon départ en retraite en avril 1998 à travailler pour l’industrie automobile puisque j’étais cadre commercial d’un fournisseur de composants pour l’automobile (pièces d’assemblage).

Des Isetta VELAM aux couleurs d’ASPRO faisaient partie de la caravane publicitaire du Tour de France - il y en aurait eu 3 - savez-vous si elles ont été décorées à l’usine ?

Les Isetta Aspro n’ont pas été décorées chez Vélam, en revanche je me souviens qu’une voiture sans moteur avait été bricolé chez Vélam avec un accès masqué côté moteur par dessous pour une pièce de théâtre ou un sketch et de nombreuses personnes sortaient de la voiture (je n’ai jamais vu le sketch mais j’avais vu le travail sur la voiture).

Avez-vous le souvenir de version très spéciales d’Isetta VELAM fabriquées à Suresnes ?

Je me souviens de l’Isetta avec carrosserie de course qui a battu divers records à Monthléry. Elle était immatriculée 739 WO et était conduite par Monsieur Bianchi  (commercial Vélam) et Monsieur Avenel qui avaient le même petit gabarit pour pouvoir entrer dans la voiture. 


Sur cette photo, Monsieur PEZZONI a reconnu de gauche à droite : mécanicien Vélam // Jean Bianchi commercial Velam, 1 des pilotes (on le voit à la sortie de chaine sur le film INA ) // Roger Budin PDG de Vélam // Peslier commercial Velam // Michel Cromback frère de Hubert Cromback associé de Roger Budin et directeur commercial de Vélam // peut être 3 ème pilote que j’avais oublié // mécanicien Vélam // probablement Avenel 2ème pilote // Jean Malisan technicien Vélam // André Furia directeur des études Velam devenu patron de Bendix // Jean Boiselle directeur de fabrication Vélam.
Source photo : http://rarefrenchsportscars.files.wordpress.com/2016/01/velam-final.pdf


Source : automania.be
Cette voiture de course, bleu de France, a été exposée au Salon de l’automobile, je pense en 1957 au Grand Palais à Paris disposée sur une estrade inclinée en bois. C’est le chauffeur de l’usine et moi qui l’avions apportée sur une camionnette 203 et disposée sur cette estrade.

Et il existait à Suresnes 2 camionnettes plateau Isetta qui avaient été fabriqués chez ISO à Milan, une appartenait à Vélam et l’autre à Simmonds, société qui fabriquait les écrous Nylstop et appartenait à Monsieur Hubert Cromback qui était associé à Monsieur Roger Budin PDG de Vélam. J’en ai revu une dans une exposition à Rome en janvier 2010.


Je me souviens avoir conduit jusqu'à un studio de cinéma de Courbevoie l'Isetta qu'on voit dans le film "drôle de frimousse"
Capture d'écran du film "Funny Face" - 1957
Dans l'Isetta : Kay Thompson (?) et Fred Astaire
Source : http://www.imcdb.org/vehicle_106727-Velam-Isetta-1955.html




Avez-vous possédé une Isetta VELAM ?

Non, l'Isetta coûtait 300.000 francs, un peu trop pour moi. J'ai eu mon permis en juillet 1956 et quelques mois après,j'ai acheté à un collègue une Simca Fiat 6CV pour 90.000 francs. Il l'avait acheté neuve en 1937, 20.000 francs. Je l'ai revendu à un autre collègue avant de partir à l'armée. A cette époque un jeune de 18 ou 19 ans avec une voiture c'était très rare.
Trois jours après être rentré d'Algérie, j'ai acheté une Dauphine neuve 6.000 francs nouveau et puis ensuite toujours des Renault.

Autre anecdote, VELAM louait un autre local à Suresnes. Cette ancienne fonderie servait de  stockage pour diverses grosses voitures que leur propriétaire louait pour le cinéma ou autre. Lorsque je cherchais à acheter une voiture il mettait en vente une Rolls Royce Landaulet - banquette conducteur sans toit, la carrosserie commençait derrière le chauffeur - pour 100.000 francs. Elle était sans doute à réviser, en tout cas trop chère à entretenir pour moi et je n'aurai jamais osé me produire dans ce genre de voiture. A cette époque (en 1957 - 1958) il n'y avait pas de marché pour les vieilles voitures, combien ont fini à la casse !

"Le numéro de série des Isetta VELAM a arbitrairement commencé à 100101"


Voilà, je crois en avoir fini avec mes "je me souviens" qui nous ramènent aussi à l'Isetta puisque Georges Perec dans son joli et mélancolique livre du même nom, monté ensuite en pièce de théatre avec Samy Frey, parle aussi de l'Isetta.

Un grand merci Monsieur PEZZONI !